Aujourd’hui au programme, les gestionnaires de connexion. Avant tout, un gestionnaire de connexion est un module permettant de faire la liaison entre le démarrage de l’ordinateur et le lancement d’une session utilisateur. Au lieu de démarrer en mode console et de taper ses identifiants dans la console, le gestionnaire de connexion se charge d’afficher une interface permettant de réaliser cette opération. Cette fois ci allons chercher nos ressources du coté de Wikipedia : Quelques gestionnaires de connexion (US)

Afin de réduire l’analyse à quelques candidats, nous sélèctionnerons XDM (DM = Display Manager), GDM, KDM et SLiM.

Pour commencer, XDM est le gestionnaire de connexion par défaut. Il est à la fois le plus rapide et le plus pauvre en fonctionnalités. L’un des points noirs que je retiendrais est qu’il ne permet pas de choisir son environnement de bureau ou son gestionnaire de fenêtre au moment de la connexion.

screen XDM

Ensuite, le gestionnaire signé Gnome : GDM. J’ai trouvé une information intéressante en cherchant sur internet, disponible ici :

As you may or may not be aware, the developers of the gnome display manager (GDM) began a major rewrite with version 2.21. Now at 2.27.x, the Ubuntu development team has determined the new GDM ready for inclusion in Ubuntu and as such uploaded this new version a few weeks ago. Unfortunately, the new GDM heavily relies on a number of gnome desktop components currently such as gnome-session, metacity, gnome-settings-daemon, etc. The reason for this is because the new gdm effectively logs in as the gdm user, start a minimal gnome environment, and launches a GTK application to provide a login prompt.

Pour les non-anglophones :

Comme vous le savez peut être déjà, les développeurs du gestionnaire de connexion de Gnome (GDM) ont commencé une ré-écriture majeure avec la version 2.21. Arrivé à la 2.27.x, l’équipe de développement d’Ubuntu a déclarée le nouveau GDM prêt à être inclus dans la distribution, dont ils ont mis à jour la version quelques semaines plus tôt. Malheureusement, le nouveau GDM est fortement dépendant d’un certain nombre de composants Gnome comme gnome-session, metacity, gnome-setting-daemon, etc. La raison à cela est que cette nouvelle version se connecte en fait entant qu’utilisateur, lance un environnement Gnome minimal, et lance une application GTK pour fournir une interface de connexion.

L’information date de Juillet dernier, mais comme vous l’aurez compris, GDM n’est pas vraiment au top en ce qui concerne la légèreté.

screen GDM

Quant à KDM, le gestionnaire KDE, il permet en plus de sélectionner l’utilisateur dans une liste avant d’entrer son mot de passe, ou encore son gestionnaire de fenêtre avant de lancer une session. Comme pour son parent, KDM ne reflète pas selon moi une idée de légèreté, mais ces quelques fonctionnalités semblent utiles dans certaines situations.

screen KDM

Arrivons maintenant à SLiM (Simple Login Manager). Ce gestionnaire ne dépend d’aucun projet d’environnement de bureau. Il s’agit d’un projet à part visant à développer un gestionnaire de connexion simple et léger. Au contraire de XDM, il gère les différents environnement de bureau. De plus, l’ajout ou la création d’un thème semble très aisée (voir leur site).

screen SLiM

En fin de parcours, afin d’être en accord avec mes choix précédents concernant la fluidité de l’environnement de travail, j’ai choisit SLiM, qui est selon moi un bon compromis entre légèreté et fonctionnalité.

Prochainement, la future sortie de Debian : « Squeeze ». A bientôt sur GNU-It. =)